Troubles des conduites alimentaires (TCA), comment protéger nos enfants ?

Troubles alimentaires chez les enfants

Quelques chiffres

Les troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie, hyperphagie, orthorexie) sont de plus en plus fréquents.

Tandis que l’hyperphagie apparait le plus souvent à l’âge adulte, l’anorexie touche davantage les 13-17 ans et la boulimie les 11-20 ans.

10% de la population française serait concernés par ces troubles.

TCA : Quelles en sont les causes ?

Les causes des TCA sont multiples ce qui en fait toute la complexité et leur déclenchement est souvent la conséquence d’une association de plusieurs facteurs.

Les chercheurs n’ont d’ailleurs pas encore totalement élucidé tous les mécanismes en cause.

Nous pouvons malgré tout citer :

  • La pression sociale
  • L’environnement familial
  • Un choc émotionnel ou un stress chronique
  • Une prédisposition génétique
  • Des perturbations hormonales
  • Une altération du microbiote intestinal

Comment prévenir leur apparition chez vos enfants ?

On ne peut évidemment pas garantir que les troubles n’apparaitront pas étant donné les multiples facteurs déclenchants.

Cependant, nous pouvons agir au moins sur certains points, à savoir la pression sociale, l’environnement familial, les perturbation hormonale et les déséquilibres du microbiote

Si la régulation des émotions, du microbiote et des hormones nécessiteront les conseils d’un professionnel (médecin, naturopathe, psychologue….), vous pouvez en revanche aider votre enfant à acquérir une relation saine avec son corps et son alimentation.

Je vous donne quelques conseils dans cette video

Voici un résumé des conseils mentionnés dans la vidéo :

  • Ne pas forcer l’enfant à finir son assiette
  • Le féliciter quand il ne finit pas son assiette (car il aura écouté sa satiété)
  • Ne pas l’empêcher de prendre son dessert même s’il n’a pas fini son assiette : le rassasiement nécessite l’intervention d’un panel d’aliments (salés comme sucrés)
  • Ne pas l’empêcher de se resservir s’il a encore faim mais lui demander d’attendre 3 min .
  • Ne pas renforcer l’action de manger en le critiquant s’il n’a pas mangé suffisamment à nos yeux
  • Ne pas récompenser ou montrer outre mesure notre contentement quand il a bien mangé
  • Ne pas commenter l’aspect physique devant lui , que ce soit le sien, le notre, ou celui d’une autre personne.
  • Ne pas parler à longueur de journée de poids, de balance ni d’aliments faisant grossir
  • Ne pas se restreindre devant lui, manger équilibrer ne doit pas l’emporter sur le plaisir.
  • Communiquer, partager, n’ayiez pas de tabou, il viendra plus facilement vers vous si un jour quelque chose ne va.

Je rajouterai aussi à ces conseils le fait de ne pas récompenser votre enfant en lui donnant une friandise.

Par exemple quand il a été sage, quand il sort d’un rdv chez le médecin ou pour qu’il arrête de pleurer.

danger de la récompense par la friandise

Son cerveau associera le fait qu’il a besoin de manger pour activer le circuit de la récompense et donc pour ressentir du bien-être.

Un fois adulte, il risquera alors d’utiliser la nourriture pour se consoler ou pour se détendre après une dure journée.

Vous souffrez de boulimie et vous souhaitez être accompagnée ?

Mon programme “en paix avec mon assiette” peut vous aider.

Je vous propose 3 mois d’accompagnement pour vous libérer de la boulimie et ne plus être esclave de la nourriture.

Vous souhaitez qu’on en discute ? Je vous propose un appel de 45 min pour échanger au sujet de vos troubles et que je vous explique comment je peux vous aider.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.